BackBackMenuCloseClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Auto-édition : comment être référencé en librairie (Electre, Dilicom...) ?

  • Writer
  • Pioneer

Pour être référéncé (et donc disponible à la commande), l’essentiel est de figurer dans les bases de données auxquelles sont reliées les librairies.

Cyber-Scribe, par exemple, propose le système Ges-Com (pas très onéreux, qui permet de figurer dans les bases de données générées par Dilicom et que les libraires reliés à ce réseau puissent passer commande directement par leurs services). Force est malheureusement de constater que la majorité des libraires travaillent plutôt avec la bese Electre. Mais l’un n’empêche pas l’autre, et mieux vaut être référencé deux fois qu’une. Par contre, il faut savoir que certains réseaux de librairies, comme la FNAC par exemple, ont leur propre système de référencement.

Rien de bien compliqué pourtant : aller sur http://www.cyber-scribe.fr, choisir Ges-Com, payer la facture (de quelques dizaines d’euros) qui arrive quelques jours plus tard et le livre est référencé, via Dilicom, auprès des libraires.

Pour toucher encore davantage de librairies, passer par Electre vaut vraiment le coup. Pour cela, envoyer un exemplaire du livre à la rue Grégoire de Tours, Paris 6è, en demandant le référencement, et le tour est joué (si le livre est jugé digne d’etre vendu en librairie, bien sûr) !

Pour ce qui est de la FNAC, il est indispensable de se rendre en magasin avec un exemplaire du l’ouvrage, pour que le responsable du rayon concerné décide, ou pas, de le proposer à la vente. Si il ou elle est convaincu(e), un formulaire sera rempli, avec toutes les caractéristiques du livre (prix, nombre de pages et d’illustrations, n° d’ISBN). Cette fiche sera envoyée par le responsable lui-même au service du référencement, qui concerne à la fois les magasins et la vente en ligne. A partir de ce moment-là, une charte du vendeur sera envoyée par la FNAC, avec la liste des magasins en France. A moins de voyager beaucoup en région, il n’est pas vraiment possible de faire le tour de toutes les boutiques. Par contre, cibler d’abord celles qui ne sont pas loin est déjà plus envisageable. Envoyer des mails ou joindre les magasins par téléphone peut être assez fastidieux, mais peut parfois marcher. Les FNAC, en effet, ne procèdent pas par dépôt, mais uniquement par achat ferme, d’où leur réticence à s’engager sur un produit nouveau, a fortiori si elles ne peuvent pas le voir. D’où l’importance de prendre quelques heures pour aller rencontrer les chefs de rayon, bouquin sous le bras, et essayer de les convaincre. De toute façon, à défaut que l’ouvrage soit présent en magasin, les clients qui en auraient entendu parler et souhaiteraient le commander à la FNAC, pourront toujours le faire (car il sera référencé), mais ils ne pourront pas le feuilleter …

Car une fois le référencement effectué, c’est tout le travail du commercial qui commence … mais ça, c’est une autre histoire. Juste pour information, on accorde en général une remise de 30 à 35% sur le prix de vente du livre à une librairie avec laquelle on traite en direct. Si certains sont tentés par le recours à un distributeur (faute de temps ou d’envie de commercialiser eux-mêmes le bouquin), celui-ci prend en général 50 voire 60% du prix public … ce qui ne laisse pas grand chose, au final, une fois déduits les frais de fabrication et les droits d’auteur.

Vous envisagez de mettre en vente votre livre sur Internet ? Découvrez nos conseils.

Pour plus d'infos, rendez-vous sur Ulule rubrique édition

Interessé par le crowdfunding ? Assistez à l'une de nos formations gratuites !

S'inscrire à une formation sur le crowdfunding avec Ulule

 

Be the first to reply

    Statistics

    • 1

      Post

    • 1

      Member

    • 14,337

      Views