BackBackMenuCloseClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Auto-édition : comment réussir la fabrication de mon livre ?

  • Pioneer
  • Writer

Alors vous venez de finir votre livre et arrive (enfin!) le moment de le faire fabriquer. Voici donc quelques conseils pour ne pas rater ce moment particulièrement délicat dans la vie de votre livre : sa naissance concrète.

imprimerie-fabrication-livre

  • Faire relire le manuscrit pour l’orthographe (par un correcteur) au moins, et pour le style (par un secrétaire d’édition). On n’en connaît pas ? Fouillons dans nos contacts, demandons autour de nous. Puisqu'il faudra aussi se faire assister par un graphiste, lui demander conseil, et pourquoi pas de nous mettre en contact ?
  • Une fois le manuscrit terminé (ou sur le point de l’être), c’est-à-dire une fois le nombre de signes et d’illustrations connu, on peut se mettre à la recherche du graphiste qui proposera le meilleur rapport qualité-prix (ne pas hésiter à faire un appel d’offre). Choisir de préférence un graphiste qui accepte de suivre l’impression en direct (notamment pour le calage des couleurs s’il y a beaucoup d’illustrations).
    En général, il est plus simple de faire confiance au graphiste pour le choix de l’imprimeur : il peut lui-même lancer la demande de devis comparatifs auprès de ceux avec lesquels il a l’habitude de travailler.

    Attention
     : le devis de l’imprimeur et celui du graphiste doivent être séparés et détaillés (pas de « forfait » à l’emporte-pièce). Bien vérifier sur le devis de l’imprimeur que le nombre de pages, la qualité du papier (choisie sur les conseils du graphiste en fonction du type de livre), le type d’impression (offset ou autre) sont correctement indiqués. La livraison doit aussi faire partie du devis.
    Détail qui a son importance : la taille et le poids final du livre vont déterminer le type d’enveloppe et le coût postal ; trois millimètres et vingt grammes suffisent parfois à faire basculer dans la catégorie supérieure, ce qui n’est jamais optimal. Vérifier ces détails avec le graphiste.
  • Une fois le graphiste choisi, lui envoyer le texte définitif et les illustrations pour la mise en page. Attention, pas question de se rendre compte, après coup, qu’on a oublié un chapitre « super important » et d’essayer de le rajouter. Si les graphistes acceptent généralement de petites « corrections d’auteur » (un mot ou une ligne à la rigueur, par-ci par-là), ils facturent très cher le travail à recommencer.
    Si on a les moyens, faire relire sur maquette par un correcteur, sinon, relire soi-même (pour vérifier que rien n’a sauté à la mise en page – ça arrive malheureusement).

    Attention également aux droits d’auteur sur les illustrations : indiquer clairement les © et régler auprès des agences, des photographes ou des dessinateurs les droit dus. Cela peut atteindre des sommes importantes et doit donc être pris en compte lors de l’étude de faisabilité.
    Attention bis : sur la couverture, le prix de vente au public et le n° d’ISBN doivent être indiqués. Le n° d’ISBN s’obtient auprès du service du dépôt légal de la Bibliothèque nationale. Ce numéro est envoyé sous forme d’une suite de chiffres et d’un code barre, que le graphiste reproduira au dos du livre. Ne pas oublier, une fois le livre publié, d’envoyer à la BN deux exemplaires de chaque livre.
  • La maquette terminée, le graphiste prépare les fichiers et les envoie à l’impression, qu’il accompagne parfois en machine. Il faut au préalable bien s’être mis d’accord sur les délais d’impression et de façonnage : les imprimeurs organisent leur travail en fonction de logiques bien précises, autant en tenir compte dans le rétroplanning du projet (surtout si le livre doit sortir pour un événement bien précis : salon, festival, etc...).
  • Avant le jour J, organiser un espace de stockage des bouquins. Certains imprimeurs proposent un stockage partiel (payant), ce qui évite de voir son appartement encombré. Dans ce cas, au fur et à mesure des ventes, bien gérer l’état du stock et les demandes de livraison (payantes à chaque fois, bien sûr) évite de tomber à court d’ouvrages.

14 replies

  • Pioneer
  • Writer

Il y a quelques années, on m'avait contacté pour une maison d'"auto-édition" : artisfolio...

quelqu'un connaît ?

  • Pioneer
  • Writer

Hello MaryLane,

Je ne connais pas Artisfolio mais je suis toujours assez sceptique sur les modèles "d'auto-édition via un tiers". Tu avais été contactée en tant qu'auteur ? A mon avis, tant qu'à faire il vaut mieux faire de la vraie auto-édition, tout seul comme un grand (et les conseils de Floriane sont d'ailleurs excellents !).

En fouillant un peu, j'ai trouvé ça sur Artisfolio : http://marcautret.free.fr/news/2008/nw0807.php#S2 Pas très clair...

  • Pioneer
  • Writer

Oui, j'avais été assez sceptique à l'époque...et j'avais lu cet article !

et oui, je prends note des conseils de Floriane, une très bonne synthèse !

rhooo on n'est jamais mieux servi que par soi-même comme dirait l'autre ! ^^

  • Pioneer

Il existe ausssi des solutions en ligne qui englobent la totalité des étapes et des intervenants. Depuis la mise en page jusqu'à la vente en ligne en passant par l'ISBN et la promotion.

http://www.lulu.com

En tant qu'auteur, je trouve ça très intéressant, même si je ne l'ai pas encore essayé !

  • Pioneer

Bonjour,
Le site www.chtikie.com fait de l'impression à la demande.
Pour avoir un ordre d'idée du coût, c'est par exemple 4 euro le livre de 100 pages format A6 (14,5 cm par 10,5 cm) ou 50 pages pour un format A5 (21 cm par 14 cm) pour une commande de 10 livres. Les prix sont dégressifs.
Cordialement

www.chtikie.com

  • Pioneer
  • Writer

Intéressant ça, mais je ne vois pas par où passer pour proposer l'impression de son propre roman ?

  • Pioneer

Bonjour, 

Si vous êtes à la recherche d'un(e) secrétaire d'édition, vous pouvez aller à cette adresse : 

http.www.services-edition.com

  • Pioneer

Denis Hugot - Relecteur correcteur professionnel

A tous, je souhaite une excellente année 2012... Avec de nombreux projets d'écriture (et donc de nombreux travaux de relecture-correction...) !

A votre disposition bien sûr !

Cordialement,

Denis HugotRelecteur professionnel sur internet

[email protected]

Relecteur Correcteur professionnel

http:://relecteur.synthasite.com/

    Bonjour à tous.

    Voici un site dans spécialisé dans l'autoédition.

    Vous avez une tonne de conseil, + des calculateurs en lignes pour les prix,

    ainsi que quelques outils sympa, comme un génrateur de code-barres avec un N° ISBN.

    http://autres-talents.fr.

    Fred

    • Writer

    Personnellement, auteur de jeu de rôle sur table bientôt auto publié, j'ai pu tester la solution lulu.com qui fonctionne ma fois pas trop mal.

    Néanmoins, ça pourrait être sympa d'avoir une liste d'imprimeurs avec leurs coûts et limites respectives (lulu c'est une comission de 8% sur les ventes, un prix de fabrication plutôt cher mais supporté par l'acheteur final mais peu de formats / personnalisation possible , pas de couverture en simili cuir par exemple)

      Mon livre est en cours de création, mais voici ce qui ressort de cette courte expérience. Je ne parle ici que d'offset pour le livre traditionnel et non d'impression à la demande, bien plus onéreuse.

      Un livre de 400 pages, 13,5x21cm : 

      Pour 500 à 1000 exemplaires, on tourne autour de 3 à 4€ ht / livre chez des entreprises comme CPI-direct (anciennement Firmin-Didot, aujourd'hui jimprimemonlivre.com il me semble...). En revanche, souplesse zéro.

      Pour la même quantité chez un imprimeur à 8km de chez moi : 5.40€ ttc MAIS avec 16 pages couleur 135gr au milieu du livre. Ca revient au final au même prix que l'autre, et je suis sur place pour gérer les pépins.

      Maintenant pour les livres photo / graphiques : c'est toujours horriblement cher en impression à la demande. Blurb s'en sort un peu mieux que ses concurrents Pixum, Cewe, Fujifilmnet.... 
      Si vous avez la chance de pouvoir imprimer en offset (>300 - 500 ex.), c'est une autre histoire. En France ou encore direct de Chine si vous avez le temps de gérer ça. Le prix chute drastiquement.

      Il faut bien calculer car dans bien des cas, il vous coûtera moins cher de faire imprimer 500 livres photo en offset qu'une petite centaine en impression numérique.

        Désolé, je ressors les vieux sujets. Je n'avais pas vu la date.

          Statistics

          • 15

            Posts

          • 12

            Members

          • 6,387

            Views