BackBackMenuCloseClosePlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Portrait d’expatrié: Floriane Andersen, comédienne

  • Writer

Portrait d’expatrié: Floriane Andersen, comédienne

© Scott Rylander

Je retrouve Floriane, jeune comédienne Française, dans le foyer du Théâtre National de Londres. J’avais eu la chance de la rencontrer il y a trois ans alors qu’elle venait tout juste de débarquer sur l'île de Bretagne. C’est donc une plaisante occasion d’en apprendre plus sur ses choix, son parcours et ses aventures hors de France.

Posée, déterminée, pleine d’entrain et de confiance en soi – la jeune actrice a fait beaucoup de chemin depuis notre première rencontre : trois pays, plusieurs pièces, courts et longs métrages, un festival de Cannes et une signature avec l’agence Global Artists rien qu’en 2018. Floriane a su persévérer pour se construire professionnellement et ancrer sa carrière dans des rails solides entre la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis.

Trois pays et une aventure linguistique plus tard

« Je vis en Californie depuis Octobre 2017. Je me concentre beaucoup sur l’Europe pour le moment, même si mon adresse principale est aux États-Unis. Je suis plutôt à Londres, mais aussi entre Londres et Paris. »

« Depuis 2015 j’ai essayé de toujours travailler : trouver des projets, trouver un agent, des productions… Et j’ai commencé avec une pièce qui s’appelle Radieuse Vermine, adaptation d’une pièce de Philip Ridley qui fut mise en scène par David Mercatali au Soho Theatre. Ma boite de production décide d’acheter les droits et de mettre en scène une production avec des comédiens francophones : Mercatali revenant à la mise en scène, il fallait des comédiens capable de parler dans les deux langues puisqu’il ne parle pas français. » Ce genre de procédé est assez courant dans l’industrie du théâtre ou du cinéma. Avoir plusieurs langues dans sa panoplie est toujours un excellent atout.

« Direction artistique en anglais, jeu de scène en français : ce fut un challenge pour moi ! Mon cerveau n’a pas encore pris l’habitude de jongler entre les deux. Je suis soit à 100% en mode Anglais, ou Français, puisque je suis encore en train d’apprendre la langue. C’est aussi difficile à ce niveau de recevoir une instruction dans une langue, mais de devoir l’effectuer dans une autre. » C’est donc en 2017 queRadieuse Vermine ouvre au Leicester Square Theatre, un théâtre du West End (l’équivalent britannique de Broadway). La pièce est très bien reçue, ce qui nous mène à la prochaine aventure de Floriane.

« Suite à ce premier succès, nous levons des fonds et partons à Avignon la même année, au Théâtre du Chêne Noir, pendant un mois. Suite à cette série de représentations, nous avons l’opportunité d’être transféré dans un théâtre à Paris. Une occasion qui ne se refuse pas ! » Et voilà comment vous pourrez apercevoir Floriane : Théâtre Montparnasse, au Petit Montparnasse, rue de la Gaité, du 19 Septembre au  26 Novembre 2018. Vous pouvez réserver vos places directement en ligne.

© Jessica Forde 

Voici une belle aventure, la linguiste qui sommeille en moi est ravie de ce conte! Floriane acquiesce : « C’est vraiment super ! Et c’est un excellent exemple d’un mariage linguistique : la façon dont deux pays se rencontrent avant de se fondre l’un dans l’autre pour faire passer un message. La langue en soi n’est pas une priorité, c’est le message de fond qui est important. Quelle est la morale de l’histoire ? Que cherches-tu à communiquer ? L’aventure a été magique jusqu’à présent, et j’ai hâte de pouvoir la partager avec l’audience parisienne au côté de Joséphine Berry et de Louis Bernard. »

Ce qui passionne aussi la jeune actrice, c’est de pouvoir contribuer à présenter un spectacle de nouvelle écriture qui diffère de la scène artistique parisienne. « Il y a une vraie variété dans l’écriture, une excentricité et une audace que je retrouve moins dans la nouvelle écriture française. »

Partir, Grandir, Revenir

Voici donc l’une des raisons pour laquelle Floriane quitte la France.

« J’ai quitté la France parce que je me sentais limitée dans ma créativité, dans ce que je cherchais à exprimer. J’avais le sentiment de ne pas remplir leurs cases… Et ce n’est pas pour dire que je me heurtais à une étroitesse d’esprit, mais plutôt que je ne correspondais pas à ce qu’ils avaient en tête. J’avais aussi envie de m’aventurer, de tenter de nouvelles expériences. »

Et c’est ainsi que le processus commence. Floriane commence à faire plusieurs allers-retours entre la France et Londres : atelier création, mise à niveau de son anglais, coaching linguistique pour apprendre à diminuer son accent français, conférences et entretiens avec des directeurs de casting… Une enquête et un apprentissage de l’industrie et de son fonctionnement au Royaume-Uni.

« L’industrie offre plus d’opportunités dans ce pays. J’ai eu le sentiment qu’ici, ce n’est pas une question d’origine mais une question de mérite. Et ce n’est pas forcément une question de connexions, car beaucoup sont prêts à te donner une chance. Ils ne te donneront pas forcément un rôle, mais ils regarderont ton audition, ils accepteront de répondre à tes questions. Et j’aime cette honnêteté et ce respect. »

Et c’est en appliquant ce principe que Floriane pu être vue pour Radieuse Vermine « du moment que tu pouvais être là pour les répétitions, ton lieu de résidence n’a pas d’importance. » C’est ainsi aussi que la jeune actrice se retrouve à travailler avec la compagnie Antic Disposition pour leur production d’Henry V de William Shakespeare.

© Scott Rylander

« Quand j’ai été contactée pour jouer le rôle de la princesse dans Henry V, j’ai eu un déclic : il y a vraiment des opportunités accessibles aux étrangers dans l’industrie de mon choix au Royaume-Uni. Nous sommes en 2015, je prends la décision de déménager à Londres à temps plein pour tenter l’expérience. Et Henry V a rencontré un tel succès auprès du peuple britannique que nous partions en tournée non-stop. Quelle expérience et quelle joie ! » La production d’Antic Disposition entame d’ailleurs sa dernière tournée en Octobre pour participer aux commémorations de la Première Guerre Mondiale. Floriane étant à Paris, elle ne pourra pas reprendre le rôle puisqu’elle sera au petit Montparnasse.

En parallèle de ces tournées, et du développement de Radieuse Vermine, Floriane participe à de nombreux courts et moyens métrages, des épisodes de séries télévisées, avant de retourner travailler avec Antic Disposition pour Beaucoup de bruit pour rien de Shakespeare. Une nouvelle expérience linguistique et théâtrale inoubliable. Le spectacle vient de clore à Grays’ Inn à Londres après une tournée franco-anglaise réussie.

« Personnellement, je n’ai pas envie de rester plantée à un seul endroit. Bien sûr, j’habite aux Etats-Unis et j‘aimerais y passer plus de temps. Je me considère cependant comme un Citoyen du Monde, sans port d’attache ni drapeau. Je continuerai d’aller là où mes projets m’emmènent. Suivre les opportunités qui se présentent et rencontrer des personnes intéressantes. »

Partir, oui. Ne pas se laisser décourager, oui. S’organiser.

© Wolf Marloh

Voici le moment où je lui demande quels conseils Floriane donnerait à une personne qui souhaiterait partir. Une décision parfois difficile et souvent intimidante. Il est bon d’écouter ceux qui ont déjà franchi ce pas et bénéficier de leur expérience.

« Ne saute pas si tu ne sais pas exactement où tu vas atterrir. Va passer quelques semaines dans le pays, trouve des ateliers et activités en rapport avec ta profession, goûte au quotidien de ce pays. Il y a une différence drastique entre passer des vacances dans un pays et y vivre.  Et honnêtement, je pensais que ce serait plus facile que ce que j’ai vécu.

La partie administrative d’une transition pareille est complexe. La paperasse et les procédures peuvent faire peur, et personnellement, j’ai failli tout arrêter. J’avais parfois le sentiment d’être coincée dans un cercle vicieux : il faut avoir vécu 6 mois dans le pays pour postuler pour un appartement, mais il faut avoir un logement pour pouvoir passer ce cap des 6 mois, mais il faut un compte en banque et de l’argent, donc il faut un travail, mais il faut un logement… » Cette description est digne de la maison qui rend fou.

Si vous cherchez à partir pour Londres, pour éviter ce casse-tête, n’hésitez pas à lire nos conseils!

Morale de l’histoire : trempez le pied avant de plonger, renseignez-vous et soyez organisés ! Il me semble que nous en avons déjà parlé…

Si vous voulez la découvrir davantage avant sa venue au Petit Montparnasse, retrouvez Floriane sur son site, Twitter et Instagram !

Be the first to reply

    Statistics

    • 1

      Post

    • 1

      Member

    • 1,396

      Views